Blog

Retour d’expérience CHEM : Un projet Digital Learning conçu en un temps record

Le CHEM (Collège des Hautes Etudes en Médecine) est un organisme national indépendant de formation pour tous les professionnels de santé, libéraux et salariés.

Jean-Sébastien Guillerez, directeur Général du CHEM, nous partage l’intérêt et le déroulé du projet de Digital Learning concernant le nouveau métier d’assistant.e médical.e. Ce projet a été construit en collaboration avec E-learning Touch’, pour le séquençage de la création de podcasts, de capsules e-learning, et de quiz, ainsi que sur la partie méthodologie. Un process anticipé et le choix d’outils pertinents, notamment iSpring pour du Rapid Learning, a permis d’atteindre un temps record dans la production :

 

La création du nouveau métier d’assistant·e médical·e nécessitant de la formation

 

La CPNEFP des cabinets médicaux a créé le Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) Assistant.e médical.e. Le but de cette formation est de répondre aux besoins exprimés par les médecins, à la nécessité de donner des perspectives de reconnaissance et d’évolution professionnelle aux salariés·es, ainsi qu’aux orientations et attentes du plan « Santé 2022 ».

En septembre 2018, le gouvernement, dans son plan de transformation du système de santé, a annoncé la création d’un nouveau métier d’assistant·e médical·e. Ce métier, précise le Ministère, n’est pas une profession de santé et, à ce titre, ne relève pas du Code de la santé publique.

L’objectif du plan « Ma santé 2022 » est de redonner du temps aux médecins en les déchargeant de tâches ne relevant pas directement du soin, afin de leur permettre de se concentrer sur leur cœur de mission et d’ainsi recevoir plus de patients.

La formation CQP Assistant.e médical.e s’adresse à plusieurs profils de professionnels en poste, qu’ils soient professionnels de santé ou non.

 

Des contraintes amenant à combiner les modalités de formation

 

Un référentiel d’activités et de compétences du CQP Assistant·e médical·e a été développé et est composé d’une multitude de savoir-faire, savoirs théoriques et savoirs procéduraux.

En parallèle de ce référentiel, la CPNEFP des cabinets médicaux a établi un ensemble de demandes destinées à encadrer l’activité d’enseignement des organismes de formation.

Les contraintes logistiques liées notamment à l’organisation en alternance du CQP, comme les contraintes sanitaires prévues ou déjà mises en place, ont conduit à combiner les modalités de formation (présentiels, classes virtuelles et e-learnings). De ce fait, l’apprenant est placé au cœur du processus de formation et devient beaucoup plus acteur de sa formation :

  • Les formations synchrones lui permettent d’échanger, de dialoguer avec le formateur et les autres apprenants, de travailler en collaboration.
  • Les formations asynchrones privilégient le travail en autonomie pour apprendre à son rythme.

 

Un séquençage et un process pour individualiser les parcours

 

Le référentiel précise d’étudier les principaux examens médicaux dispensés aux patients. Ainsi, l’assistant.e médical.e devra accompagner cette mise en œuvre que ce soit avant, pendant ou après un soin. Cette approche, constituée de rituels mais néanmoins spécifique, a conduit à imaginer un apprentissage singulier.

Les modules e-learning, conçus par E-learning Touch’, ont la même articulation pour que le stagiaire ait ses repères, mais les contenus pédagogiques comme scientifiques proposés sont adaptés à la nature de l’examen médical étudié.

Le CQP a fait l’objet d’un séquençage fin permettant une organisation claire et facilitant l’individualisation des parcours :

  • Une séquence correspond à un temps d’environ 60 minutes qui peut se dérouler en ligne ou en présentiel.
  • La journée de formation de l’apprenant comprend 6 séquences, elle peut se dérouler 100% à distance, 100% en présentiel ou en mixte (Matin ou après-midi à distance et présentiel en complément).
  • Les experts de contenus sont sollicités au niveau des séquences.

Le déroulement d’une séquence en ligne a fait l’objet d’un travail particulier. La séquence suit toujours le même process :

  • Introduction : Elle se fait sous la forme d’un court podcast qui présente les objectifs et l’organisation de la séquence. Une mini-interview permet à l’expert de préciser le contexte dans lequel il intervient (Qui il est, importance de la séquence, retour court d’expérience…)
  • 3 à 5 capsules e-learning : D’une durée de 10 à 15 minutes, il s’agit d’écrans sonorisés rédigés par l’expert puis repris en studio pour donner la dimension multimédia. Par défaut une séquence propose une capsule pour chaque temps d’intervention : Avant, pendant et après la consultation. Des aménagements peuvent être retenus (5 capsules s’il y a 5 examens distincts à expliquer par exemple, chaque capsule reprenant alors le « avant, pendant, après »). Chaque capsule propose un quiz de renforcement de 3 questions avec feedback.

retour_experience_chem_elt_capsule_elearning2

  • Un test de validation de la séquence: Il s’agit d’un test de 10 questions de type QCM, sans feedback et donnant lieu au calcul d’un score. La séquence est validée si le score est égal ou supérieur à 80%. Les questions de renforcement des capsules peuvent être reprises ou reformulées dans ce quiz final.

retour_experience_chem_elt_test_validationretour_experience_chem_elt_test_validation2retour_experience_chem_elt_test_validation3

 

Une méthodologie de conception innovante, proposée par E-learning Touch’

 

Au-delà de la technique, l’innovation s’est portée sur la méthodologie de conception proposée par le prestataire E-learning Touch’. La formation était complètement nouvelle, nous ne pouvions nous appuyer sur des ressources immédiatement disponibles. Pour autant la formation démarrant en septembre, la contrainte temps était forte pour la production des ressources. Par ailleurs, les experts de contenus, professionnels de santé, étaient peu disponibles et assez peu familiers de la conception de dispositifs digitaux pour la formation.

Nous avons donc travaillé à la production d’un document de cadrage très précis pour récupérer les contenus. Ce document de cadrage s’est appuyé sur un prototype validé par la Direction du CHEM, sur sa dimension graphique et pédagogique et fourni aux experts à titre de modèle. Cette méthodologie a permis de vulgariser la démarche et ainsi facilité la tâche des experts dans la transmission des informations pour les modules, sans perte de temps de leur côté. Ce document de récupération de l’expertise a été une des clés du succès du développement, car en catégorisant les informations il a grandement facilité la rédaction du story-board puis la mise en production.

La récupération des contenus s’est effectuée sur PowerPoint. Cela a facilité la phase de story-boarding puis son intégration directe dans iSpring.

Cette alliance entre un process bien anticipé et des outils bien choisis a permis d’atteindre un temps record dans la production de chaque séquence : moins de 5 jours par séquence multimédia complète de 60 minutes.

 

La mise en place d’un temps initial de formation et d’un service support

 

En termes de construction, la principale satisfaction a été de pouvoir déployer un dispositif important en quelques semaines. Les délais de production ont été tenus grâce à l’adhésion des experts à la méthode. Le travail de l’équipe d’intégration, pensé en amont a été très efficace ce qui a limité le coût de production.

Sur le plan pédagogique, comme cela a été mentionné précédemment, la diversité de la population cible, que ce soit en termes de profil que d’attentes vis-à-vis de ce cursus, amène à devoir proposer un contenu pédagogique à la fois pertinent et varié. De ce fait, un temps initial de formation a été nécessaire afin d’expliquer les modalités de fonctionnement des différents types d’enseignement proposés (e.g. la connexion à la plateforme de classe virtuelle). Ensuite, un service support a dû être mis en place afin de répondre spécifiquement aux difficultés rencontrées par chacun des étudiants (e.g. incompréhension sur le mode de navigation dans un module e-learning).

 

Un intérêt prouvé pour le déroulé de la formation

 

A la question « Êtes-vous globalement satisfait du déroulement de votre formation ? » les étudiants ont répondu à 40% « très satisfaits » et 60% « satisfaits » sur une échelle de 5 items allant jusqu’à « insatisfait ».

Ce qui ressort des commentaires porte notamment sur l’intérêt de la variété des modalités d’enseignement.

Les formations asynchrones permettent un apport des contenus théoriques sur différents supports pouvant être accessibles à volonté par les étudiants.

Les formations synchrones offrent la possibilité d’approfondir ces connaissances et de les mettre en pratique au cours des sessions présentielles.

 

Les leçons à tirer de ce projet et les bonnes pratiques

 

Plusieurs éléments peuvent être notifiés. Tout d’abord, l’importance de trouver un bon équilibre entre les différentes modalités d’enseignement, ceci afin d’octroyer une certaine liberté aux étudiants tout en ne les laissant pas seuls face à leur formation et qu’ils puissent profiter de l’émulation collective de leur promotion. Dans ce cadre, ma mise en place d’un forum réservé aux étudiants d’une même promotion apparait comme un vrai plus.

Ensuite, afin d’optimiser l’efficacité de l’enseignement tout au long du cursus, il semble extrêmement important, quel que soit le sujet ou le type d’enseignement (synchrone ou asynchrone) de garder une approche pédagogique cohérente tout au long du cursus. Ainsi, chaque cours se construit globalement sur le modèle « avant, pendant et après le soin » permettant à l’étudiant de mieux se repérer et d’assimiler plus facilement en construisant notamment des liens logiques entre savoirs théoriques et savoir-faire / savoir-être.

Enfin, dans le cadre notamment du blended learning, il est primordial d’assurer une aide technique spécifique auprès des étudiants afin de leur permettre d’exploiter au maximum les possibilités offertes par les différents supports.

 

Une déclinaison future des cours en présentiel/distanciel – distanciel/présentiel

 

Fort du succès de cette première promotion, d’autres écoles CHEM doivent ouvrir en février 2022 à Rennes et Lille. Ces nouvelles ouvertures apportant leur lot de nouvelles contraintes (autres lieux de formation, autres intervenants, etc.) dans un contexte sanitaire changeant.

De ce fait, certains cours initialement synchrones doivent être développés en modules e-learning (s’appuyant sur la même démarche de conception) afin d’offrir le maximum de diversité dans le cursus.

A l’inverse, certains cours initialement asynchrones doivent également être dispensés en présentiel ou en classes virtuelles afin de conserver une répartition homogène de ces différentes modalités d’enseignement sur ces nouveaux sites et ainsi d’entretenir l’émulation collective et la motivation des étudiants.

 

L’équipe d’E-learning Touch’, partenaire Premium d’iSpring, remercie grandement Jean-Sébastien Guillerez, et le CHEM pour ce témoignage et la confiance accordée.

Contactez-nous à votre tour pour bénéficier de notre expertise pour digitaliser vos formations !

SUGGESTIONS D'ARTICLES

Entrez votre mot-clé